Le secteur de l’immobilier supporte la crise économique

Vous êtes ici :
 » 
article
 » 
Le secteur de l’immobilier supporte la crise économique

Partagez:


Le secteur de l’immobilier supporte la crise économique

En dépit du voile sombre qui plane sur l’économie française, les habitants considèrent que l’investissement dans la pierre constitue toujours une option à envisager. D’après une étude menée du 24 au 25 janvier 2019 par l’Ifop/Nestenne sur 1002 personnes ( de18 ans et plus ), bien que 70 % des français dénoncent une détérioration économique et politique dans le pays, 30 % envisagent quand même de mettre en place un projet immobilier pour le compte de l’année 2019. Ces derniers ont décidé malgré tout de croire en fiabilité de la pierre.

L'IMMOBILIER A TOUJOURS LA CÔTE


Le mercredi 27 février dernier, la chaîne LCI a publié cette étude visant à présenter la situation quant à l’avenir du secteur immobilier en ces périodes de crise. Il en ressort donc que le tiers de la population française compte bien investir dans l’immobilier cette année.

Les résultats de l’étude

En effet, les résultats de cette enquête montrent clairement que 70 % des français pensent que la situation économique de la France a considérablement régressé depuis deux ans. 71 % trouvent d’ailleurs que l’avenir à ce sujet reste incertain. Cette inquiétude générale a conduit environ 56 % des enquêtés à se poser des questions quant à l’impact de cette situation sur le secteur de l’immobilier. Malgré toute cette négativité ambiante, l’étude a quand même pu dénombrer 58 % parmi les sujets, qui jugent qu’un éventuel investissement dans un bien immobilier cette année serait plutôt prometteur. 

Cette étude démontre le positivisme des français vis-à-vis de l’immobilier en dépit de leur vision plutôt funeste du contexte politique actuel. Ceux qui désirent acquérir des biens immobiliers pensent que ce secteur est plus sécurisé que d’autres comme la bourse. Pour eux, c’est un moyen durable de se constituer un patrimoine.

Situation du secteur

Sur l'ensemble du réseau D-Habitat, nos mandataires ont questionné leurs clients et il en ressort des réponses plutôt positives qui laisserait envisager de bonnes tendances pour 2019 en ce qui concerne l’immobilier. Il apparaît au travers des réponses formulées directement par les professionnels, que les prévisions montrent un certain dynamisme du marché quand bien même il n’atteindrait pas les records de transactions enregistrés en 2017 et 2018. Ces derniers avaient tout bonnement avoisiné le million.

Les limites à l'investissement

Cette régression peut s’expliquer par certains facteurs qui limitent la volonté des français à acquérir des biens immobiliers.

  • Le premier, c’est la baisse du pouvoir d’achat. 45 % des personnes interrogées ont rapporté que ce facteur était un véritable frein pour l’immobilier.
  • Dans la seconde, 18 % parlent plutôt du montant élevé des taxes à verser par les propriétaires.
  • La troisième limite dénoncée cette fois par 12 % des  personnes interrogées est le doute qui plane quant à la situation politico-économique de la France.
  • La quatrième limite rapportée par 11 % des sondés est l’accès difficile au crédit, même s'il ressort que la situation des bas taux n’est pas pour déplaire aux emprunteurs. Ces taux étaient en moyenne de 1,80 % sur 25 années et devraient rester en dessous de 2 %, au moins jusqu’au printemps aux titres des experts. 

Projection à court terme

D’après les résultats des réponses reçues, sur le court terme, environ 30 % des français s’aventureront à investir de nouveau dans l’immobilier. Leur projet doit prendre corps au cours de l’année 2019. Environ 25 % ont l’intention d’acheter des biens immobiliers tandis que 17 % désirent en vendre. Dans l’un ou l’autre des cas, la tendance est au moins de 35 ans (environ 45 %) et aux CSP (plus de 49 %).
La banque centrale européenne continue à maintenir des taux d'intérêts relativement bas, aussi, même si le marché se tend un peu à cause de la rareté de certains biens immobiliers, le niveau de transactions devraient être stables, il est toujours temps d'emprunter. En plus, de nouveaux profils pointent le bout du nez avec des investissements dans les locations meublées à courte durée pour des jeunes célibataires en colocation au détriment des biens achetés et loués vides.

L'équipe D-habitat
Crédit photo : PIXABAY

zimmove